Loïc Escoffier

L’Océan dans le Sang

Loïc Escoffier a le parler franc et le contact facile des gens qui foncent droit au but, forgé par la conviction qu’il y a trop de choses à faire pour perdre du temps. Marin, père de famille, entrepreneur, passionné de rugby … Du haut de ses 40 ans, le Malouin n’a en effet pas traîné en chemin.

 

Embarqué sur le bateau de croisière familial avant même d’apprendre à marcher, le fils du navigateur Franck-Yves Escoffier et frère du skipper Kevin Escoffier et du rugbyman Yannig Escoffier, attrape très vite le virus familial et développe tout jeune une passion et un grand respect pour la mer et la navigation. Depuis le meilleur poste d’observation qu’il soit, la ville de Saint-Malo, il voit son père enchaîner les campagnes de pêche et mener parallèlement une très belle carrière de skipper au large (notamment trois victoires sur la Route du Rhum en multicoque de 50 pieds !).

 

Cela construit à la fois son sens du travail et de l’engagement et son envie de mener sa vie au contact de l’océan. Loïc saisit chaque opportunité d’embarquer sur les bateaux de pêche de son père. Dès l’âge de 7 ans, il arpente le pont des deux unités de l’armement familial et trie bulots et araignées. Évoluant dans cet environnement où cohabitent passion pour la pêche, le rugby et la course au large, il nourrit ses rêves.

Crédit photo : Escoffier Pêche / Alban Masse

La double vie de Marin
et Marin-pêcheur

A l’adolescence, Loïc régate au meilleur niveau international. Avec son co-équipier, malouin lui aussi, Victorien Erussard, ils trustent de nombreux podiums en catamaran, Hobie Cat 16 ou Formule 18. Parallèlement, il continue d’embarquer régulièrement sur les bateaux de pêche de son père car son véritable objectif, depuis toujours, est de devenir lui aussi marin-pêcheur.

 

En 2006, alors qu’une préparation olympique lui tend les bras, Loïc décide de s’engager pleinement au sein de l’armement familial. Un choix de passion, mais aussi de raison. Il souhaite s’assurer un avenir professionnel. Il se lance à corps perdu dans l’activité initiée par ses parents mais s’offre régulièrement la possibilité d’embarquer sur des bateaux de course au large, notamment en multicoque de 50 pieds.

 

En 2016, il rachète l’entreprise avec l’ambition de la développer. Désormais difficile de conjuguer voile professionnelle et voile passion. Il met alors de côté la course au large. En quelques années d’un travail intense, il passe de deux à quatre unités de pêche et double l’effectif. Il gère aujourd’hui une trentaine de personnes. Mais la passion de la compétition n’est pas totalement assouvie et il rêve humblement d’y revenir un jour. La Route du Rhum s’invite régulièrement dans les déjeuners de famille ou les conversations entre copains…

Palmarès

2013

Vainqueur du Grand Prix Guyader sur le Multi 50 Maître Jacques

Vainqueur de l’Armen Race sur le Multi 50 Maître Jacques

 

2012

Vainqueur du Tour de Belle Ile sur le Multi 50 Maître Jacques

 

2011

Vainqueur de l’Armen Race sur le Multi 50 Crêpes Whaou!

2e de la Transat Jacques Vabre sur le Multi50 Maître Jacques

 

2006

4e de la Route du Rhum sur le Multi50 Gamin

 

2004

2e du Championnat de France Hobie Tiger

 

1998

Champion d’Europe Jeunes Hobie Cat 16

L’Adrénaline de la Compétition

C’est la rencontre avec le président de LODI GROUP, Alexis Lockman qui lui laisse entrevoir la possibilité de prendre de nouveau le départ de la transat mythique. Passionné lui aussi de rugby et de sport, celui-ci propose à Loïc de porter les couleurs de LODI GROUP sur la Route du Rhum 2022. La réponse ne se fait pas attendre. Celui qui rêvait d’y retourner saisit la balle au bond.

Pour mener à bien ce projet, Loïc s’organise pour confier les rênes de la société à son équipe. Il se libère du temps pour suivre la construction de son bateau, un catamaran de croisière rapide de 50 pieds et se préparer à la transat à laquelle il a déjà participé en 2006. Il avait alors terminé à la 4e place. Il en garde des forts souvenirs comme ceux qui ont jalonné sa jeunesse. La Route du Rhum fait partie de l’ADN des Escoffier. Lors de chacune des victoires de son père, il était là… Avec ses deux frères, ils accueillaient le héros paternel sur le ponton de Pointe-à-Pitre. Ensemble, lors des nuits d’arrivée, sous la chaleur guadeloupéenne, ils refaisaient la course de Franck-Yves. Impossible donc d’échapper à ce destin familial.

Cette année, Franck-Yves restera à terre, mais il sera là sur le plan d’eau malouin pour un dernier message d’encouragement avant le coup d’envoi. Une édition particulière sur laquelle Loïc s’élancera à quelques mètres de son frère Kevin, qui prendra lui aussi le départ à bord de son tout nouveau bateau, un monocoque de 60 pieds. Une première pour les deux frères qui partageront pour la première fois l’aventure sur une grande transatlantique.